Bien-être au travail
Actualité

Parfums et bien-être au travail

Parfums et bien-être au travail, ou comment augmenter les performances des collaborateurs et prévenir le burn-out…

Le 20 mars dernier s’est déroulé au sein de l’ARSEG (Association des Directeurs de l’Environnement de Travail) un atelier animé par Scentys, l’expert de la diffusion de parfum dans l’air, qui a initié il y a deux ans un programme de recherche interne sur les parfums actifs, s’appuyant sur les dernières connaissances en matière de parfums et de neurosciences.

A l’origine de cette session, un constat simple : la recherche du bien-être sensoriel en entreprise va croissant. Elle peut prendre plusieurs formes : démarche pro-active pour pallier certains maux (manque de confort, besoin de repos, sommeil, temps de relaxation), atelier collectif sur la création de valeur du bien-être, ou développement de bulles de bien-être intégrant les dimensions visuelle, matérielle et olfactive.

Mais dispose-t-on d’éléments tangibles permettant de démontrer notamment les bienfaits de l’olfactif dans le monde professionnel ? C’est ce que Scentys s’est attaché à mettre en évidence, avec l’intervention également de deux de ses partenaires, Olga Alexandre, Docteur en Médecine formée en neuropsychiatrie et biochimie fine, ainsi que Roland Salesse, Ingénieur Agronome et Docteur en Sciences, spécialiste de l’olfaction et des neurosciences.

Après avoir passé en revue la neurologie du système olfactif, les participants à l’atelier ont pu s’immerger dans les vertus de l’olfactothérapie, à travers les résultats d’études menées sur la diminution du stress lié au travail et la prévention du burn-out par la stimulation olfactive. Ils ont enfin pu découvrir les offres de Scentys liées aux parfums actifs.

Quels éléments retiendrons-nous ? Tout d’abord un chiffre : 5 millions ! Car dans notre nez, il y a 5 millions de neurones au service de l’olfaction. Leur rôle est de transformer l’information chimique en signal électrique qui, de neurones en neurones, est dirigé vers le système limbique, le centre des émotions et de la mémoire.

Par ailleurs, l’énergie serait augmentée de 48% en moyenne sur un panel de volontaires, soumis à l’inhalation de fragrances dynamisantes, qui présentaient initialement certains signes avérés de pré-burn-out (manque de motivation avant le travail, manque de confiance en soi, mauvaise dissociation entre vie professionnelle et personnelle, signes d’immunodépression, manque de sommeil ou bien sentiment d’être surmené…). La concentration progresserait de 50.9% et l’amélioration ressentie du bien-être au travail serait de 62%.

Les fragrances n’ont donc pas encore livré toutes leurs vertus…mais elles ont des domaines d’applications considérables.

Carole Latychko

Prysm, diffuseur pour vos espaces & bureaux

Partagez
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInPin on PinterestGoogle+

Postez